carte 1jpg
Chères lectrices, chers lecteurs,

Ces dernières semaines, mes rencontres quotidiennes avec nos concitoyens m’ont renvoyé aux raisons initiales de mon engagement politique. À 54 ans, j’ai vécu toute ma vie dans les Deux-Sèvres. J’y suis né, je suis allé à l’école de Chachon, à Bressuire.
Et puis j’ai transformé ma vocation en activité professionnelle, en devenant Sapeur-Pompier. 25 magnifiques années au service de nos concitoyens, de la collectivité, qui m’ont fait grandir, et réfléchir. 25 années d’enthousiasme durant lesquelles j’ai aussi observé la lente déliquescence des services publics de proximité. 25 années passionnantes durant lesquelles j’ai vu, et subi avec vous, la dévitalisation du centre de nos villes et de nos villages. 25 années fascinantes qui ont vu naitre une révolution technologique sans précédent, qui ont changé à jamais nos modes de vie et de consommation.

En parallèle de cette vie professionnelle bien remplie, c’est auprès des associations de notre territoire que je passais le plus clair de mon temps libre. Adepte du tir sportif, j’ai consacré des heures innombrables à ce sport de précision, tout comme j’ai accompagné durant des années nos bambins sur les parois d’escalades. Il s’agit de les aider à franchir les obstacles pour se hisser au plus haut bien sûr, tout comme de comprendre la nécessaire entraide et solidarité qui sont indispensables pour faire société. Sans compagnon pour assurer l’ascension, nul grimpeur. Et inversement.
Fort de cette expérience de notre territoire, conscient des difficultés que rencontrent quotidiennement nos compatriotes, j’ai décidé de sauter le pas, de prendre une des décisions les plus importantes de ma vie. J’ai transformé ce maillage social et territorial, ce diagnostic de la France de 2017, en engagement politique. Et de simple marcheur qui désirait contribuer à « la grande marche » afin de faire remonter les problématiques au plus haut niveau, je suis devenu votre député, un député de la nation.

Après plusieurs semaines d’évènements difficiles pour tous les français, qui reposent sur une colère compréhensible et ancienne, les députés de la majorité et le gouvernement ont décidé de prendre des mesures immédiates, à la hauteur des saines exigences des français.
Ainsi, à 4H30 cette nuit, l’Assemblée-Nationale a adopté la loi qui proclame l’état d’urgence économique et social, annoncée par le Président de la République. Dans des délais inédits, plusieurs mesures pourront ainsi prendre effet dès janvier

• La création d’une prime exceptionnelle de pouvoir d’achat totalement exonérée de charges c’est-à-dire des cotisations et contributions sociales et d’impôt sur le revenu dans la limite de 1000€.
• La défiscalisation et l’exonération d’impôts sur le revenu sur les heures supplémentaires.
• Les salariés travaillant au SMIC verront leur revenu net augmenter de 100€, sans surcoût pour les entreprises grâce à la prime d’activité, qui permet aussi d’intégrer les parents seuls avec enfants, ou les couples les plus pauvres.
• La suppression de la hausse de la CSG pour les retraités touchant moins de 2000€ par mois
• L’élargissement du chèque énergie pour accompagner nos concitoyens dans la transition écologique.

Fort de ces mesures d’urgence absolue, le Président et le Premier Ministre ont engagé une grande consultation nationale. Elle a vocation à recueillir la parole de chacun de nos concitoyens, sur tous les territoires, au sujet de tous les thèmes qui vous sembleront utiles à notre nation.
La clé du succès de cet exercice inédit réside dans votre engagement, votre volonté de partager votre analyse et vos solutions, au plus près du terrain. Parce qu’aucune concertation n’est possible dans la violence, parce que nulle négociation ne peut aboutir dans la défiance ni dans la haine, permettez-moi ce cri du cœur, ce cri du citoyen ; emparez-vous de cet outil qui peut tous ensemble nous rendre plus forts. Après le temps de l’indignation, doit venir le temps de l’engagement, de la recherche de solutions partagées dans un dialogue apaisé.

Enfin, à l’approche des fêtes de fin d’année, je veux avoir une pensée pour chacune et chacun d’entre vous. Je vous engage à profiter de ces moments privilégiés en famille et entre amis, qui sont aussi le ciment social français. J’ai une pensée émue pour nos concitoyens qui se consacrent toujours aux plus fragiles, qui par leur engagement permettront aux plus exclus d’entre-nous de partager un repas de fête, quelques mots de réconfort, un sourire.
Je n’oublie jamais les femmes et hommes engagés au sein de nos troupes sur les différents conflits à travers le monde, et qui cette année encore, passeront Noël loin de leurs proches. Qu’ils soient ici remerciés.

Bien sincèrement,
Jean-Marie Fiévet,
Député des Deux-Sèvres
facebook twitter youtube