• L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris

    L’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris nous a tous bouleversés. C’est l’un des plus grands monuments d’Europe et le plus visité. Emblématique de Paris et de la France, cette cathédrale, nous la rebâtirons, tous ensemble. 
    Le Président de la République a lancé une souscription afin de restaurer la cathédrale.

    À l’image de ce monument national, c’est la contribution de chacun, la solidarité dans l’épreuve, qui fait la force de notre nation.

    J’invite chacun, dans la mesure de ses moyens, petits et grands, à contribuer à l’œuvre commune afin que demain, nous retrouvions notre Cathédrale dans l’unité qui fait l’histoire et notre force.

    La plate-forme, « Rebâtissons Notre-Dame de Paris », lancée par le Centre des monuments nationaux, est accessible en suivant ce lien :

    https://www.rebatirnotredamedeparis.fr/

  • Le CHNDS recherche des infirmiers

    L’établissement recherche des infirmier(e)s dès que possible à temps plein.

    Contactez la direction des soins au 05.49.68.29.26 ou adressez directement votre candidature à direction.soins@chnds.fr

     

  • Visite dans l’Airvaudais

    Par une belle journée de printemps j’ai eu le plaisir de visiter Airvault en compagnie de son Maire, M. Olivier Fouillet.

    A l’occasion de mon passage dans cette belle cité de caractère, j’ai pu visiter le cimentier Calcia, grand groupe industriel et très implanté en Deux Sèvres. La production industrielle et les emplois qu’ils induisent reste fondamentale pour l’équilibre de notre territoire.

    Les visites d’entreprises me permettent d’être au plus près des problématiques de terrain, et elles continueront jusqu’à la fin de mon mandat. Toutes ces rencontres, toutes ces informations sont importantes pour être ainsi au plus près du quotidien des Françaises et des Français. Je suis et reste un élu de terrain avant tout.

  • Intervention vidéo de Jean Marie fiévet à l’assemblée

  • Question écrite n° 5203

    Rubrique :professions de santé    Titre :Permettre aux infirmiers la vaccination sans prescription médicale

    M. Jean-Marie Fiévet appelle l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur la capacité des infirmiers à vacciner les patients sans prescription médicale. En effet, depuis 2008 les infirmiers vaccinent sans prescription médicale préalable les personnes fragiles contre la grippe, à l’exception de la primo-vaccination. La loi prévoit que l’infirmier puisse revacciner l’ensemble de la population afin d’élargir la couverture vaccinale. Or le décret 2008-877 a été doublement restrictif. D’une part en limitant uniquement à la grippe, alors que les compétences requises sont les mêmes pour toutes les vaccinations. D’autre part en limitant aux personnes âgées et aux malades chroniques, entourage exclu, ce qui limite considérablement la portée de la couverture vaccinale. Dans un contexte où l’on fait passer le nombre de vaccins obligatoires de 3 à 11, les besoins en personnel disponible pour assurer une telle couverture vont exploser. Dès lors, il lui demande si elle envisage de libéraliser l’acte de vaccination à tous les infirmiers.

  • Question écrite n° 5271

    Rubrique :agriculture Titre :Nouveaux critères ICHN

    M. Jean-Marie Fiévet interroge M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur la refonte des critères d’attribution de l’indemnité compensatoire de handicap naturel. Quels sont les nouveaux critères retenus ? Comment ont-ils été retenus ? Enfin, quel dispositif d’accompagnement pour les agriculteurs qui sortent du dispositif ? Il souhaiterait connaître ses intentions sur ces questions.

  • Question écrite n° 5959

    M. Jean-Marie Fiévet attire l’attention de Mme la ministre des solidarités et de la santé sur l’association du planning familial. Après un entretien avec la coprésidente du planning familial des Deux-Sèvres pour évoquer certaines questions inhérentes aux établissements d’information, de consultation ou de conseil familial, plusieurs questions restent en suspens. Certaines de ces questions portent sur des réformes ou des dispositifs engagés depuis un certain temps que voici. Actuellement, le dispositif des établissements d’information, de consultation ou de conseil familial (EICCF) est en voie de réforme : les missions des EICCF de l’information à l’accompagnement et l’orientation inscrivent ces structures de proximité dans un dispositif territorial qui a tout son rôle à jouer dans un parcours d’accès aux droits et à la santé sexuelle, la parentalité et la prévention des violences qui soit accessible sans discrimination pour toutes et tous. Un décret est attendu depuis mars 2017 par les établissements et les associations qui les gèrent : quand sera-t-il arrêté ? Cette réforme va de pair avec la reconnaissance du métier de conseillère conjugale et familiale qui passe par l’inscription des certifications qualifiantes de conseil conjugal et familial au Répertoire national des certifications professionnelles et par l’inscription à l’inventaire pour les Éducateur.rice.s à La Vie. En son absence, la situation actuelle des professionnel.le.s est très inégale (reconnaissance, conditions d’exercices, salaires. Que compte mettre en place le ministère pour assurer l’égalité de traitements à tous ? Les missions comme les structures ne peuvent être efficaces et jouer leur rôle (prévention/promotion de la santé, accès aux droits, renforcement de la capacité à agir des personnes concernées en matière de santé sexuelle) que si elles ont la garantie d’une situation pérenne. Se pose donc la question de la stabilité des financements. Il lui demande d’expliciter les raisons de cette modification de circuit du financement (le budget consacré aux EICCF passe du BOP 304 (géré par les DDCSPP départementales) au BOP 137 (géré par les délégations régionales aux droits des femmes), quelle mise en œuvre concrète est prévue, à quelle échéance, et avec quelle garantie elle assure que le montant du budget déterminé nationalement sera redistribué aux établissements EICCF concernés.

  • Question écrite n° 6083

    Rubrique :enseignement secondaire Titre :Enseignement des SES dans la réforme du baccalauréat

    M. Jean-Marie Fiévet appelle l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur l’éducation des sciences économiques et sociales (SES) dans le cadre de la réforme du baccalauréat. Il y a cinquante ans les sciences économiques et sociales étaient introduites au lycée, permettant l’entrée d’une « troisième culture », aux côtés des humanités et des sciences, contribuant ainsi à l’enrichissement de la formation intellectuelle et citoyenne des lycéens. La réforme annoncée va faire basculer les SES dans les disciplines de spécialité, et donc sortir du « socle de mesures communes ». Pourquoi ne pas les intégrer à l’enseignement commun afin de s’assurer de la bonne éducation des futurs citoyens ? Il lui demande quelle est la position du Gouvernement sur cette question.

  • Question écrite n° 5262

    Rubrique :administration Titre :Bugs sur les procédures d’immatriculation

    M. Jean-Marie Fiévet alerte M. le ministre d’État, ministre de l’intérieur, sur la nouvelle procédure de demandes d’immatriculations. Depuis le 6 novembre 2017 elles se font uniquement en ligne via l’Agence nationale des titres sécurisés et non plus dans les préfectures, où les services dédiés ont été fermés. Cette automatisation des procédures est en parfaite adéquation avec la volonté d’efficacité de l’État et de réduction des dépenses publiques. Seulement, le nouveau système rencontre des bugs automatiques qui provoquent de très longs et ennuyeux retards. Ainsi, certains citoyens, artisans ou salariés se retrouvent dans l’impossibilité d’utiliser leurs véhicules, entrainant des conséquences dramatiques sur leurs activités professionnelles et personnelles. Il lui demande de lui indiquer quelles sont les mesures prises par son ministère pour remédier au plus vite à cette situation ? En outre, il lui demande quelles sont les précautions prises vis-à-vis des utilisateurs qui se retrouvent pris au piège de ce système.

  • Immersion avec les forces de l’ordre.

     

    J’ai souhaité, dès le début de mon mandat, d’engager le projet de visiter l’ensemble des brigades de Gendarmerie de la circonscription ainsi que la visite des commissariats de police, notamment celui de Thouars.

    J’ai souhaité partager une journée avec les militaires et les policiers qui œuvrent chaque jour à la sécurité de tous.

    J’ai ainsi pu visiter les locaux de la compagnie de gendarmerie de Bressuire en présence du Commandant Weber et le commissariat de police en présence du commandant Patrick Charbonnier. Une présentation précise des faits, des accidents, de la délinquance et des infractions sur la circonscription m’a été faite.

    J’ai ensuite pu visiter chacune des brigades de la circonscription : Mauléon, St Varent, Cerizay, Thouars et Argentonnay.

    À cette occasion, j’ai pu remarquer que les brigades bénéficient de bâtiments modernes et adaptés. J’ai néanmoins observé la vétusté des bâtiments de la gendarmerie de Thouars ainsi que de son commissariat de Police.

    Nous avons pu longuement échanger avec les gendarmes et les policiers notamment sur les moyens matériels mis à leur disposition. Mais aussi de l’évolution des carrières et sur les conditions de travail en général.

    Cette immersion me permet de faire remonter certaines informations auprès du ministère de l’intérieur pour participer à l’amélioration des conditions de travail de nos forces de l’ordre.

    Je tiens à remercier l’ensemble des gendarmes et des policiers pour leur travail, leur écoute et leur professionnalisme. Je suis fier de nos forces de l’ordre qui peuvent compter sur mon soutien indéfectible.

    Très prochainement je serai auprès des brigades de Moncoutant et Airvault avec le commandant Perrault de la Compagnie de Parthenay, notamment en présence du Colonel Barth du groupement départemental de la gendarmerie des Deux-Sèvres.